Magasins
Compte Panier

La processionnaire du pin

Au printemps et avec l’arrivée des beaux jours, vous verrez sûrement plus d’insectes traîner autour des plantes dans votre jardin et potager. C’est pourquoi il est important de savoir quels insectes sont « bons » et lesquels sont « mauvais ».

Les insectes non bénéfiques (mauvais) sont ceux qui se nourrissent des plantes et qui, dans certains cas, peuvent les tuer. À titre d’exemple nous avons : le processionnaire du pin. Cette petite chenille est destinée à devenir papillon de nuit et qui s’avère détenir des propriétés dangereuses, en particulier pour les enfants, les arbres et les animaux domestiques.

 

Les chenilles processionnaires : qu’est-ce que c’est et où habitent-ils ?

 

La chenille processionnaire du pin descend au sol / inconnu ©

 

Les chenilles processionnaires, au corps couvert de longs poils, sont dangereuses car elles sont urticantes. Le contact direct n’est pas nécessaire, s’ils se sentent menacés, ils peuvent projeter leurs poils soyeux en l’air, provoquant des irritations, des allergies et d’autres réactions plus graves, aux personnes et aux animaux. Mais elles sont aussi dangereuses pour les arbres, principalement les pins, où elles vont grignoter leurs aiguilles. Ce qui va petit à petit affaiblir l’arbre et par voie de conséquence le rendre plus fragile à l’attaque d’autres nuisibles.

Le cycle de vie de cet insecte commence au milieu ou à la fin de l’été, le papillon processionnaire pond ses œufs sur les aiguilles des pins pour que les larves s’en nourrissent à leur naissance. Ainsi, au bout d’un mois, elles naissent et se regroupent dans des poches faites avec du fil comestible. À l’intérieur elles abritent entre 100 à 200 larves, où elles vont passer les mois plus froids. Au coucher du soleil, les chenilles deviennent actives et commencent leur marche à la recherche de nourriture de manière alignée, d’où leur nom caractéristique. Lorsqu’elles ont fini de se nourrir ou quand le froid de la nuit est considérable, elles retournent au sac.  À la fin de l’hiver, vers février ou mars, elles descendent du pin pour s’enfouir dans le sol afin de se transformer en papillons. Pour qu’au milieu ou à la fin de l’été, les papillons sortent du sol à la copulation ainsi une nouvelle ponte se produit dans les pins. Le papillon est peu connu car il ne vit que 24 heures.

 

Des chenilles processionnaires dans un pin. / inconnu ©

 

Comment protéger son jardin face aux chenilles processionnaires ?

Si un ou plusieurs pins de votre jardin est infesté, plusieurs moyens de lutte sont envisageables selon le cycle de vie de ces insectes :

 

  • La destruction des nids durant l’hiver : il faut retirer les nids à l’aide d’un échenilloir et les brûler ;
  • La pulvérisation avec une solution insecticide (avec un professionnel certifié et en automne de préférence, époque où les processionnaires sont les seules chenilles présentes dans les pins) ;
  • La pose de pièges à phéromones, dès le début des vols (qui commencent en juillet), pour capturer les papillons mâles et limiter le nombre de fécondations… et donc de pontes et de futurs nids !
  • La pose d’“écopièges” pour capturer les chenilles lorsqu’elles descendent de l’arbre pour ensuite les détruire (collier plastique entouré autour du tronc de l’arbre, muni d’un trou où débouche un tuyau relié à un sac fermé)
  • L’installation de nichoirs à mésange, prédateur naturel des chenilles processionnaires (une mésange peut consommer jusqu’à 40 chenilles par jour, prélevées directement dans les nids).

 

Les mésanges sont des prédateurs de cet insecte / Alain Perthuis ©

 

Quelques précautions à prendre pour se protéger des chenilles processionnaires

On vous donne quelques conseils pour limiter les risques face aux chenilles :

  • Évitez vous approcher et toucher les chenilles ou leurs nids (particulièrement les enfants)
  • Portez des longs vêtements lorsque vous vous promenez en forêt ou à proximité d’arbres infestés
  • En cas d’apparition de symptômes d’irritation par les chenilles, ou cas de signes d’urgence vitale (détresse respiratoire…), composez le 15 (en France) ou rendez-vous aux urgences hospitalières les plus proches
  • Si vous entrez en contact avec une chenille, prenez-la en photo pour une identification plus facile
  • En cas de contact avec des animaux de compagnie, demandez conseil ou rendez-vous chez un vétérinaire 

 

Nous espérons vous avoir aidé à mieux connaître la chenille processionnaire et à la combattre.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mentions Légales Conditions Générales de vente
Une réalisation Expertinbox